Le coin des bons mots

  • On dit le cheval intelligent. Est-ce parce que, quand il rêve bruyamment, on peut parler de songes hennis ? relevé sur Internet

  • Je préfère le vin d'ici à l'eau de là - Francis Blanche

  • Tu la montreras au peuple. N'oublie pas. Elle en vaut la peine. (Danton au bourreau en parlant de sa tête)

  • Il y a, dans le pays wallon, un monsieur l'abbé Tise, à qui on conseille de changer de nom.

  • Un laboureur demandait un maréchal ferrant. Sa femme répondit qu'il était à ferrer. — Affairé, dit le bon homme, à quoi donc ? — À ferrer les chevaux.

  • On demandait à Fontenelle mourant : — Comment cela va-t-il ? — Cela ne va pas, répondit-il, cela s'en va.

  • Un traité des preuves de l'existence de Dieu a paru en 1845, avec la signature A. T.


Dommage que beaucoup de ces verbes soient tombés dans l’oubli !

Le chien aboie quand le cheval hennit et que beugle le bœuf et meugle la vache,

l'hirondelle gazouille, la colombe roucoule et le pinson ramage. Les moineaux piaillent,
le faisan et l'oie criaillent quand le dindon glousse.
La grenouille coasse mais le corbeau croasse et la pie jacasse.
Et le chat comme le tigre miaule,
l'éléphant barrit, l'âne braie, mais le cerf rait.
Le mouton bêle évidemment et bourdonne l'abeille.

La biche brame quand le loup hurle.

Tu sais, bien sûr, tous ces cris-là mais sais-tu
Que si le canard nasille, les canards nasillardent,
Que le bouc ou la chèvre chevrote,
Que le hibou hulule mais que la chouette, elle, chuinte

Que le paon braille,
que l'aigle trompète.
Sais-tu ?
 Que si la tourterelle roucoule,
le ramier caracoule et que la bécasse croule,
que la perdrix cacabe,
que la cigogne craquette et que si le corbeau croasse,
 la corneille corbine et que le lapin glapit quand le lièvre vagit.


Tu sais tout cela ? Bien. Mais sais-tu ?
Que l'alouette grisolle,

 

je ne le savais pas. Et, peut-être, ne sais-tu pas davantage
que le pivert picasse.

C'est excusable !

Ou que le sanglier grommelle, que le chameau blatère

Et que c'est à cause du chameau que l'on déblatère !
ne sais pas non plus peut-être que la huppe pupule
Et je ne sais pas non plus si on l'appelle en Limousin la pépue parce qu'elle pupule ou parce qu'elle fait son nid avec de la chose qui pue.

 Qu'importe ! Mais c'est joli : la huppe pupule !

Et encore sais-tu ?
que la souris, la petite souris grise : devine ?
La petite souris grise chicote ! Oui !

Avoue qu'il serait dommage d'ignorer que la souris chicote et plus dommage encore de ne pas savoir, que le geai cajole !"

 


 

Elle est bien bonne.


Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux.
> > Après sa coupe, il demanda combien il devait.
> > Le coiffeur répondit : "c'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine".
> > Le fleuriste s'en alla tout content.
> > Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses.
> > Plus tard, c'est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux.
> > Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit : "Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat".
> > Heureux, le boulanger s'en alla tout content.
> > Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants, avec un mot de remerciements.
> > Puis, ce fut le député du coin qui se présenta.
> > Lorsqu'il voulut payer, le coiffeur lui répondit : "Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat"
> > Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutique.
> > Le lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir, une douzaine de députés et de sénateurs attendaient en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement ...
> > Voilà, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens qui nous gouvernent.
> > Et il paraît que dans la file d'attente, il y a
vait même des chauves ... si, si !!!


Un camionneur s'arrête à un feu rouge, une blonde le rattrape.

Elle sort de son auto en courant vers le camion et frappe sur la porte.

Le camionneur descend sa vitre et elle lui dit :

- "Bonjour, mon nom est Martine et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison. "

Le camionneur l'ignore et continue sa route.

Quand le camion s'arrête à un autre feu rouge, elle le rattrape encore une fois.

Elle descend en courant de son auto et court au camion. Elle frappe sur la porte.

Le camionneur redescend encore une fois sa vitre.

Elle lui dit comme si elle ne lui avait jamais parlé :

- "Bonjour, je suis Martine et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison."

Branlant la tête, le camionneur l'ignore encore une fois et continue sa route.

Au feu rouge suivant, il s'arrête mais cette fois-ci il se dépêche, sort de son camion et court à l'auto de la blonde.

Il frappe sur sa vitre qu'elle descend et il lui dit, exaspéré

Bonjour, je suis Michel, c'est l'hiver et je conduis une SALEUSE !!!

 

 

Le rat des champs et la fée du logis

 

 Pour les hommes, l'existence s'apparente à une vie de rat :

Rat masse tes chaussettes, Rat bats le siège, Rat mène des sous à la maison,

Rat pelle ta mère, Rat tisse le jardin, n'en Rat joute pas, Rat vive la flamme...

Et surtout ne Rat conte pas de bêtises !

Par contre, la vie d'une femme est un vrai conte de fées :

Fée le ménage, Fée la vaisselle, Fée à manger, Fée les courses, Fée le repassage,

Fée la belle, Fée les comptes, Fée pas la gueule... !

Alors si tu le veux : Ne fais pas le Rat bat joie et Fée circuler!

 

  

 

 

 

23 votes. Moyenne 1.70 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 29/06/2019