Mes débuts dans l'écriture

 

 

Rien ne me prédestinait à écrire, ni mes résultats en français au lycée qui étaient calamiteux, ni ma carrière informatique au cours de laquelle, hormis les notes de service et les notices techniques, je n’eus aucune occasion d’écrire autre chose que des programmes informatiques dans un langage hermétique et abscons réservé aux initiés. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes se tournent vers l’écriture, c’est tendance, comme on dit et puis avec tous les moyens modernes, vous connaissez la suite. Ceux qui comme moi se mettent à écrire sur le tard se limitent généralement à un livre racontant l’histoire de leur vie. Ils sont persuadés que cela va passionner le monde entier, malheureusement pour les lecteurs la banalité est trop souvent au rendez-vous et la déception est à la hauteur du prix qu’ils ont mis dans l’achat du livre. Je n’échappe pas à la règle, je ne suis ni homme politique ni grand musicien, en résumé peu de chance de me trouver à la une des journaux à scandales ni des autres d’ailleurs. Vous allez vous demander: mais quel diable a poussé ce retraité à vouloir se lancer dans cette aventure. Votre curiosité ne sera pas satisfaite, le mystère restera total. Depuis plus de cinq ans que j'écris, je me pose encore cette question et je n'ai toujours pas de réponse satisfaisante à vous offrir. Au début c'était juste un essai, écrire une histoire de jeunesse que ma famille et mes proches avaient entendue moult fois. Je décidais de me lancer dans l'aventure avec la volonté bien ferme de figer l’histoire sur papier. Cela me prendrait  dans les dix à trente pages maximum, ce fut le point de départ de ma carrière littéraire. Une fois le pensum terminé, je me suis dit pourquoi ne pas continuer un ou deux chapitres. Les mots venaient tout seuls, pas besoin d'imagination, c'était mon histoire, juste un peu de mémoire. Les premiers commentaires encourageants ne pouvaient que me regonfler à bloc, venant des proches, normal quoi de plus naturel, ils sont là pour cela. Seulement voilà, ne s’improvise pas auteur qui veut, on ne passe pas du cancre en français à auteur à succès sans rien faire, juste en claquant les doigts. Les premiers résultats, je ne vous raconte pas, les fautes d'orthographe ! Une catastrophe, déjà en classe j'avais beau faire attention, à quatre points retirés par faute, le zéro arrivait rapidement, heureusement qu'il n'y avait pas de notes négatives. Avec un tel départ, le prix littéraire n'était pas fait pour moi. Le style, bof ! Quelques critiques se firent entendre au milieu d’un concert de louanges, d’autres auraient dit que ce n’était qu’affaire de jalousie, moi je les ai prises au sérieux, cela me rassurait et me poussait à m’améliorer, enfin un vrai défi à relever. Mes prouesses d’auteurs auraient pu se cantonner à mon livre de jeunesse, mais les encensements m’ont forcé à persévérer et me lancer dans la voie du roman,  bonsoir les souvenirs, place à l’imagination.

 

 

Cliquez sur l'image pour retourner à la page d'accueil.

 

Angoulins

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2018